M'ÉCRIRE
octobre 11, 2021

Démarche

Sur mon canevas, on retrouve un jeu de lumière en constant mouvement selon le cycle du soleil.

L’aluminium n’est effectivement pas un matériau qui a été choisi au hasard. Ses nombreuses caractéristiques en font peut-être un canevas capricieux, mais l’absence de contrôle qu’il oblige lui procure une qualité bien particulière. Celle d’être imprévisible et de me permettre de peindre dans un ton plus spontané et abstrait, plutôt que parfaitement contrôlé et cartésien. 

Cet apprivoisement a impliqué la modification de l’entièreté des techniques que j’avais apprises jusque-là, et m’a forcée à quitter mes repères pour explorer une toute autre manière de peindre. Je peins maintenant avec nombre de médiums différents pour combler à la fois les demandes excentriques du métal et les besoins uniques de l’œuvre, soit de l’acrylique, de l’encre de chine, des pigments de dispersion, de l’écriture automatique, des pastels, de l’aquarelle, des étoffes, des pierres, de la poudre de bronze, de cuivre, etc.  

Au tout début de ma carrière, j’étais guidée par des émotions fortes et un besoin urgent de les transposer en couleurs. En évoluant, cette méthode s’est transformée peu à peu et je suis maintenant animée par un ressenti plus subtil et délicat, et non par une urgence spontanée. Cela me permet d’avoir un flot constant d’inspiration tout autant puissant, sinon plus, mais plus patient et paisible.

Peindre des arbres et des yeux expose deux facettes personnelles différentes. Comme expliqué dans Cheminement, les arbres pourraient être perçus comme un retour vers soi, tandis que les yeux, quant à eux, seraient une ouverture au monde extérieur. Deux opposés qui vont pourtant si bien ensemble. La gestuelle similaire que j’accorde à ces sujets amène d’ailleurs des effets bien distincts. Pour les paysages, je commence toujours par un fond appliqué avec des traits dynamiques et un amalgame bien mouvementé de couleurs, un peu comme pour les regards. La seule différence est le temps, et le façonnage de la peinture par le travail de l’eau, processus qui sont utilisés de manière bien particulière, propre à chaque œuvre.

Il est aussi question de biophilie et de la science des couleurs, mais comme je leur prête une grande attention, nous prendrons le temps d’en discuter plus en détails dans un nouvel article.

retour aux articles

Des questions?

COMMUNIQUER AVEC MOI
Conditions et crédits
CLOSE
CLOSE

    crossmenu